Arlette bessede: Fumées




Tout les chemins
Qui mènent à ma maison
Sont en cendres
Tous

Le feu s'est épris

Bien après
Que l'étincelle ait jaillit

C'est le chaos

La rouille
La poussière

Tu n'étais pas à moi

Je n'étais pas à toi

Dans les ruelles puantes

D'une ville de marins
La fumée nous recouvre

Et je cherche ton âme

Dans les flaques de ton sang

Plus rien ne peut nous séparer


عن دعوة للتفكير

    تعليقات بلوجر
    تعليقات فيسبوك

0 commentaires:

إرسال تعليق